Avenir de la Lorraine

Développement économique culturel et politique pour la Lorraine dans le cadre Grande Région et Europe.

22 avril 2017

L'Être et la structure de l'espace-temps

CouvertureVioletVert

L'Être et la structure de l’espace-temps est mon premier livre. Dans un langage simple et accessible, les plus récents développements concernant la nature du temps et du rapport entre l’Être et la création sont explicités par de nombreuses illustrations. Reprenant les grandes théories du cosmos, partant de Galilée à Newton vers Einstein et Poincaré, racontant les ultimes découvertes concernant les déformations de l'espace-temps, expliquant la nature de la gravitation, du temps et du hasard, ce livre propose de relever le plus grand défi de la science moderne : la recherche d'une théorie unitaire représentant le réel.

Partant de la vitesse de la lumière dans le vide, en passant par la gravitation, l'inertie des corps en mouvement, et les variations de la désintégration du minerai d'uranium naturel, une physique simple modifie la théorie de la relativité générale. Certaines parties sont plus difficiles à appréhender, mais la vue générale est particulièrement facile à comprendre. Cerise sur le gâteau, un calcul fait apparaître le volume exact de Dieu. C'est une première...

Le livre est en vente sur Amazon, version papier et version tablette.

Il est illustré de magnifiques représentations graphiques, tant photos que dessins. Il s'adresse à tous ceux qui cherchent à comprendre dans quel Univers, dans quel cadre toute l'humanité vit, et comment le lien entre miracle et destin s'exerce. 

 

Posté par jpbb à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2017

Effet doopler

Doopler2couleurs

A gauche une lampe transmet de l'énergie à la structure gélifiée de l'espace. Cela se traduit par une vibration en vert, qui navigue à la vitesse c . Cette onde peut traverser le miroir du haut à droite, ou être renvoyée vers la gauche, 

Le miroir du bas se déplace vers la gauche en translation uniforme continue, par rapport à la structure gélifiée de l'espace-temps.

Tout comme un bateau affrontant les vagues, celles-ci tapent plus rapidement quand on les affronte de face, alors que lorsqu'on va dans le sens de leur propagation, la distance séparant deux crètes semble être plus grande, alors que ce n'est qu'une affaire de perception, les vagues ne se préocupe guère du sens de notre déplacement. 

Pour la lumière, vibration se propageant dans la structure gélifiée de l'espace temps, quand on se dirige vers l'origine de la vibration, leur fréquence est plus rapide, et se décalent alors vers le bleu. Par contre en se retournant et en s'éloignant, la vibration s'étale et vire vers le rouge.

C'est ainsi que l'on a mis en évidence la fuite des galaxies, et que l'on en a déduit l'existence du Big-Bang. La découverte du rayonnement diffus en a apporté la preuve. L'Univers a eu un début, ce qui détruit toute philosophie reposant sur la stabilité de la matière.

Posté par jpbb à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2017

Trajet de la lumière

TrajetLumièreStructure

Une lampe à gauche émet un rayonnement lumineux, qui fait vibrer la structure gélifiée de l'espace-temps, et cette vibration se propage vers un miroir noir, situé à droite sur laquelle elle est absorbée, puis ré-émise sous la forme d'une nouvelle vibration se propageant vers la gauche. Un miroir incliné à 45 degrés absorbe l'onde puis la ré-émet vers le bas en direction d'un capteur bleu clair. La lampe, les miroirs et le capteur sont matériel, et sont indépendants de la structure gélifiée de l'espace-temps. 

Si la vitesse de déplacement entre la structure et la lampe, les miroirs et le capteur et nulle, nous disposons d'un référentiel absolu.

Si la vitesse de déplacement entre la structure et la lampe, les miroirs et le capteur est supérieure à zéro et inférieure à c, nous disposons d'un référentiel relatif.

Dans les deux cas de figure, de l'énergie est transmise depuis la lampe dans la structure gélifiée de l'espace-temps, puis est captée et retransmise jusqu'à être capturé de façon quantifiée par le capteur matériel. La fréquence de la vibration, de l'onde, reste constante, ce qui se traduit par la sinusoïde inchangée de couleur verte.

Si le miroir de droite se déplace à une vitesse constante vers la gauche, la fréquence de l'onde retransmise reste inchangée.

Le raisonnement se fait alors sur la fréquence, et non sur la distance, qui peut être variable sans que cela modifie l'expérience. La vitesse de la lumière est constante dans tout référentiel, car elle n'est pas liée au référentiel, mais à l'élasticité de la structure gélifiée de l'espace-temps.

Posté par jpbb à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2017

Inter-action entre matière et structure gélifiée de l'espace-temps

trièdre

Lors du passage des atomes au travers de la structure de l'espace-temps, ces derniers la heurtent, et rebondissent d'une manière élastique. L'énergie est conservée lors de ce passage car la structure agit comme un ressort. Pour un corps formé de multiples atomes, la translation est alors rectiligne, et rien n'indique cette inter-pénétration.

En 1889, Poincaré écrit, dans le sens de sa philosophie du conventionnalisme : « Peu nous importe si l'éther existe réellement ; c'est une question de métaphysicien ; ce qui compte pour nous, c'est que tout se déroule comme s'il existait, et que cette hypothèse est commode pour l’explication des apparences. Avons-nous d'ailleurs d'autres causes pour croire à l'existence d'objets matériels ? Ceci n'est qu'une hypothèse commode, et elle ne cessera d'exister jusqu'à ce qu'un jour l'éther soit rejeté comme inutile. »

Cet éther auquel on ne donnait aucune forme est nécessaire pour structurer le néant, qui n'a lui aucune dimension physique, alors que la structure gélifiée de l'espace-temps est infinie. Ces deux concepts s'accordent alors.

Comme du néant rien ne peut jaillir, de l'Être peut jaillir la vision du néant, qui n'est que la négation absolue de l'Être. Si l'Être EST, par opposition, le néant, n'est rien. Mais il est bien pratique pour pouvoir être remplis.

Nous avons alors la relation métaphysique suivante :

  1. L'Être imagine le néant.
  2. L'Être invente, crée, et introduit la structure gélifiée de l'Espace-temps dans le néant, ce qui détermine le cadre de la Création.
  3. L'Être se réfugie à la surface de la structure gélifiée de l'Espace-temps. Il y est toujours...
  4. L'Être par sa parole, crée le Big-Bang.
  5. L'Être s'adresse à Moïse lors de l'épisode du buisson ardent. L'Être y gagne le nom de Dieu. Dieu le Père.
  6. Dieu s'incarne dans le corps d'une vierge, selon son plan. Dieu y gagne le nom de Jésus.
  7. Jésus nous envoie une nouvelle relation avec Dieu le Père, le Saint Esprit auquel tout homme peut s'adresser.

La science et la métaphysique ont alors partie liée, et se confortent l'une à l'autre. 

Posté par jpbb à 20:10 - Sciences - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2017

Univers en expansion

universExterne

 

Les résultats du satellite Planck 

" Le modèle utilisé ici est le modèle de concordance qui suppose un espace plat. Si on recommence l’exercice d’ajustements des paramètres cosmologiques en ajoutant un paramètre de courbure, on constate que notre espace doit être justement plat (ce qui n'a rien à voir avec sa forme mais signifie que sa géométrie est euclidienne). L’hypothèse est précisément vérifiée puisqu'on mesure un paramètre de courbure compris entre -0.01 et +0.01. "

Vu en dehors de l'univers, ce dernier est à l'intérieur d'une sphère en constante expansion accélérée, il est immergé dans la structure gélifiée de l'espace-temps représentée ici par trois plans orthogonaux. Une structure infinie définit un espace infini, dans lequel on peut imaginer une infinité d'univers séparés par des distances infinies, et donc ces univers ne se rencontrant jamais, même s'ils sont animés d'une vitesse d'expansion croissante. Ce qui les relie, c'est la structure, et sur cette dernière est plaquée l'Être, sur une épaisseur infiniment petite.

Seule la logique permet de dresser ce tableau sans cadre...

 

Posté par jpbb à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2017

Effet de la rotation d'un corps sur la structure gélifiée de l'espace-temps

DoubleRayon

Une masse en rotation déforme la structure gélifiée de l'espace temps par sa masse et par sa rotation. Le premier est l’effet géodésique, qui est la déformation de la structure gélifiée de espace-temps autour d’un corps. Le second est l’effet Lense-Thirring testé et mesuré par le satellite Gravity Probe B, où la structure de gélifiée de l'espace-temps est poussée par le mouvement de rotation. La trajectoire de matière ou d'une onde électro-magnétique est alors courbée avec une différence supplémentaire. 

Posté par jpbb à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2017

Pour pondre un oeuf, il faut une poule...

Peut-on penser l'origine de l'Univers? | Etienne Klein | TEDxParis 2011

On peut penser l'origine de l'univer en le pensant. En déroulant le film à l'envers, on voit l'oeuf pondu retourner dans la poule, l'inverse de ce que l'on constate habituellement. La poule a besoin d'un nid pour pondre son oeuf, il lui faut donc un poulailler. Il lui faut donc un terrain, un espace, pour construire ce poulailler. Ce terrain vide de toute construction a pour nom néant.

Posté par jpbb à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2017

Deux montres ne permettent pas de savoir laquelle donne l'heure exacte.

Etienne klein - L'histoire de la lumière - conférence en français

L'innovation, c'est dans le cadre économique que cela fait sens. Mettre deux éléments ensemble pour atteindre un nouveau marché, que personne n'avait détecté avant, permet de créer de la richesse. Il faut bien évidement avoir un progrès de la connaissance pour disposer des éléments de base. Le cas classique, c'est la valise que l'on associe avec des roulettes. Rien n'est nouveau, ni les valises ni les roulettes, mais en associant les deux, toutes les personnes prenant l'avion les achètent. L'innovation est complémentaire de la notion de progrès.

Nous savons que la lumière est déviée dans la structure de l'espace-temps quand celle-ci est déformé par des masses de matière, par la mesure de cette déviation prouvée lors de l'éclipse du soleil par Arthur Eddington à l'île de Principe.. La notion de vide quantique est incapable de rendre compte de cette déformation. C'est pourquoi le concept d'éther doit céder la place à celui de structure gélifiée de l'espace-temps. Einstein lui même s'est douté de cette obligation, sans parvenir à la formaliser. En 1920 le discours de Leyde sur le « nouvel éther » d'Einstein : 

« Nous pouvons résumer comme suit : selon la théorie de la relativité générale, l'espace est pourvu de propriétés physiques, et dans ce sens, par conséquent, il existe un éther. Selon la théorie de la relativité générale, un espace sans éther est impensable, car dans un tel espace non seulement il n'y aurait pas de propagation de la lumière, mais aussi aucune possibilité d'existence pour un espace et un temps standard (mesuré par des règles et des horloges), ni par conséquent pour les intervalles d'espace-temps dans le sens physique du terme. Cependant, cet éther ne peut pas être conçu comme pourvu des qualités des médias pondérables et comme constitué de parties ayant une trajectoire dans le temps. L'idée de mouvement ne peut pas lui être appliqué. »

 

Posté par jpbb à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2017

De la galette sans gluten...

IMG_4390

 De la farine de :

  • Sarrasin 
  • Châtaignes
  • ( riz, maïs, pois chiche, etc. )

Poudre :

  • Amande
  • Noisette
  • Noix de coco

Épices :

  • Curcuma
  • Cannelle
  • Cacao non sucré en poudre, genre Van Houten
  • ( clou de girofle, noix de muscade )

Graines :

  • pavot
  • sésame
  • chia

Liant :

  • oeufs
  • lait
  • huile olive

Dans un saladier, on procède comme pour une pâte à crêpes. La base, c'est la farine de blé noir ( sarrasin ). On rajoute un dixième de farine de châtaigne pour donner un petit goût de sucre, et on force la main sur la poudre de cacao, de curcuma et de cannelle. Le cacao masque un peu le tout et donne une petite amertume. Pour les quantités, disons cinq cuillères à soupe pour le cacao, et une pour curcuma et cannelle. On rajoute un peu d'huile d'olive pour que la crêpe n'accroche pas dans la petite poêle et on complète avec de l'eau de source pour que la pâte soit ni trop épaisse, ni trop liquide. Bref une pâte à crêpe sans grumeaux...

Ensuite, on commence son apprentissage, la première est en général pas terrible, et au fil du temps, on modifie sa composition, selon son humeur et son inspiration du moment. 

En dehors de remplacer totalement le pain, cette galette se mariera parfaitement avec le roquefort et le foie gras ( au lieu de pain d'épice, et pour obtenir une petite note sucré, on pourra y déposer une petite cuillère de confiture de figue. )

Ce n'est pas une recette de pâtisserie, où tout est pesé, c'est un canevas ou chacun peut broder et se faire une alimentation sur mesure. Les épices sont excellentes pour le système immunitaire, et il est difficile de les incorporer dans les plats traditionnels sans en dénaturer le goût habituel. Dans la galette sans gluten, elles s'opposent au cacao, et donc ne surprennent pas. La dose thérapeutique de cannelle doit être importante, une cuillère à café par jour pour être efficace. Cette galette permet donc de réduire le niveau inflammatoire de l'organisme qui est associé à un nombre important de pathologies ( polypose nasale, inflammation des articulations, adénome prostatique, inflamation chronique du gros intestin ).

A tester sur une bonne quinzaine de jours pour se faire une première  idée, bien évidement plus c'est bio, mieux c'est. 

https://www.amazon.fr/Curcuma-bio-poudre-Pot-500g/dp/B00DMQXFGA/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1484940878&sr=8-3&keywords=curcuma

https://www.amazon.fr/Cannelle-Ceylan-Pure-poudre-453/dp/B00N5O4MNY/ref=sr_1_16?ie=UTF8&qid=1484940947&sr=8-16&keywords=cannelle+de+ceylan+bio

Sur le Net, on trouve tout ce qu'il faut, quand ce n'est pas en rayon au Géric habituel. ;-)

 

 

 

 

Posté par jpbb à 20:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2017

Gravitation

gravitation

C'est l'exemple parfait de la pomme de Newton, les masses s'attirent et ce faisant, réduisent l'état de tension de la structure de l'espace-temps. Deux masses immobiles finissent par fusionner, selon l'expérience faite à l'aide de la barquette luxembourgeoise, et qui peut se traduire par l'eau coule du haut vers le bas. En fait, c'est une déformation de la structure de l'espace-temps, qui forme comme une goulotte permettant un cheminement privilégié entre les deux masses. Pour des raisons d'inertie, la plus petite va accélérer plus rapidement que la grosse avant de s'y agglomérer. Dans le cas d'un mouvement relatif, le cheminement va se modifier, et nous devons alors faire appel à un calcul vectoriel pour déterminer les trajectoires respectives des deux masses en présence. La lumière qui est sans masse, suit elle une trajectoire directement liée à la déformation de la structure de l'espace temps sans l'influencer.

Posté par jpbb à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2017

Trajets

Lumière

 

L'impact des atomes contre la structure de l'espace temps stresse le maillage de celle-ci, faisant rebondir les atomes tout en emmagasinant de l'énergie sous forme vibratoire transversale dans la structure. Un trajet rectiligne uniforme devient alors courbe.

Pour la lumière, l'onde est longitudinale car ce n'est qu'un déplacement d'énergie.

 

 

Posté par jpbb à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2017

Foi et science

Tresmontant

 

La science étudie le réel, et quand une explication d'un fait est contredite par une nouvelle expérience où analyse, on change de modèle. La science est ainsi vertueuse, elle ne se construit pas sur le mensonge. En appliquant les principes dégagés et la connaissance acquise sur la matière et sur la structure de l'espace-temps, l'humanité a développé toute une technologie que chacun peut se procurer et utiliser : téléphonie mobile, télévision, caméra, radio, four à micro-onde, voiture, etc. Le matérialisme et le consumérisme ont envahi nos vies. A peine un nouveau modèle sort, qu'un nouveau apparaît avec plus de fonctionnalité et démode l'ancien.

La foi en un dieu peut être celle du charbonnier où se baser sur la raison. Le passage de l'une à l'autre conduit à une croyance plus forte et plus logique. 

Il est donc vain d'opposer foi et science. La foi doit s'accorder avec la science, et cette dernière peut éclairer certains détails que la foi implique.

Se pose alors la question légitime : " Si Dieu existe, s'il a créé l'Univers, où est-il concrètement, afin qu'on puisse l'observer et l'étudier de façon scientifique ? "

Cela implique de dégager un modèle permettant de réponde à cette question. Ce dernier doit-être en accord avec ce que propose la science et la philosophie, car l'homme occupe déjà une place dans la Création. Dieu n'étant pas matériel mais d'une substance spécifique, il ne peut être étudié que par ses actions. Il échappe à toute analyse directe.

On a donc alors recours à l'imagination, pour tester des hypothèses, et retenir la plus crédible et la plus porteuse de sens.

On en revient alors à éclairer la scène initiale. Il faut penser comment Dieu a mené son travail, quelles ont été les conditions initiales, quelles sont les étapes de cette création, afin de définir le lieu qu'il occupe actuellement. Sa création reste sous son contrôle pour qu'il puisse continuer à y intervenir selon son désir. C'est le sens à accorder à cette prière qui nous a donnée : " Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel "

Les indices pensables.  par Brunor, nous invitent pas à pas à confronter les représentations qui illustrent la foi avec l'essor des sciences, et constituent une approche féconde sous forme de BD.

  http://www.brunor.fr/PAGES/Pages_Chroniques/01-index-Chroniques.html

 

Posté par jpbb à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2016

Territoire du vrai

trio

 

Trois cercles, trois domaines qui partagent certains concepts cohérents. La philosophie athée est en noir, elle est incompatible par définition avec toute représentation d'un dieu, elle est donc incompatible avec ce qui sert de support actuel à Dieu, la structure de l'espace-temps, qui elle est du domaine de la science.

Toutes les religions ne concernent pas un dieu unique qui se serait manifesté dans l'histoire de l'humanité et aurait laissé trace que l'on retrouve dans la Bible. Beaucoup de dieux ont servis les hommes, mais au final peu d'élus. Toute la zone bleu-clair est donc le dépotoir aux idoles et dieux restants.

La science couvre l'étude du fait réel, et seule une partie rend compte du Big-Bang, et des conditions de son advenue. La zone en vert-clair correspond au reste des expériences et leur interprétation.

Seul l'espace au centre commun aux trois cercles permet d'élucider les liens qui unissent l'Être philosophique, nécessaire à l'étant que chacun est à même de constater, à la structure de l'espace temps nécessaire à l'existence de tout univers, appartenant au domaine scientifique et dont on peut étudier les conséquences de manière expérimentale, et à un dieu unique se manifestant historiquement dans sa propre création.

Ne peut alors s'accorder venant du cercle des religions, qu'un Être unique, formant le connu et l'inconnu, s'incarnant il y a environ 2000 ans, réfugié à la surface de la structure de l'espace-temps, d'où son omniscience pour intervenir selon son souhait sur l'évolution de son oeuvre, par la possibilité d'agir sur chaque atome.

Nous avons alors une représentation schématique du vrai crédible, et sommes capables de classer toute proposition pour lui accorder la vraisemblance qu'elle mérite.

Posté par jpbb à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2016

Nécessité ontologique

Paradis

La structure de l'espace-temps est infinie, elle n'est donc pas cadrée. Entre ses mailles, le néant. À sa surface, l'Être.

Dans le cadre de gauche, notre Univers, environ 15 milliards d'année lumière, avec de la matière. La matière déforme la structure de l'espace-temps, et quelque part, dans le vert, notre Terre. Ce tableau est en expansion, mais ne touchera jamais aucune limite, puisque l'espace temps est infini.

Un autre tableau apparaît à droite, un autre univers, situé à une distance infinie de celui de gauche. Ils ne peuvent ni se croiser, ni se rejoindre. Le seul lien qui les relie est la structure de l'espace-temps. L'Être peut créer autant d'Univers qu'il le désire, mais en fait, ontologiquement, deux devraient lui suffire pour conjuger la vie, la mort, la vie et l'après vie. 

Posté par jpbb à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2016

Gravitation, vitesse d'expansion de l'Univers, multi-univers.

matière

Le déplacement de la matière déforme localement la structure de l'espace temps. La matière rebondir d'une façon élastique, chaque atome se comportant comme une boule de flipper. Pour des masses proches, la matière s'agglutine pour réduire localement les tensions dans la structure de l'espace-temps. Sur des masses en mouvement centrifuge lié au conséquences du Big-Bang, la structure agit alors sur l'Univers comme un ressort qui se détend. La vitesse d'expansion augmente, et les galaxies s'éloignent de plus en plus vite du centre cosmique de l'Univers. Dans un espace-temps infini, différents Univers peuvent coexister à des distances également infinies les uns des autres, et avec une vitesse de rencontre finie, inférieure à la vitesse de la lumière, ces Univers ne se rencontreront jamais. 

Posté par jpbb à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2016

Le vertige du négationisme

TrianglesViolets

Que les choses soient bien claires : " Du néant ne peut surgir que du néant ". Si la néant avait la moindre parcelle de créativité, il disposerait alors d'une essence d'Être, or le néant est l'opposé absolu de l'Être, le néant est donc par définition d'une stabilité absolue. Il n'a d'existence que par sa désignation par rapport à l'élément qui le nomme.

Du néant ne peut surgir le moindre produit du hasard, ou alors le hasard aurait le statut de l'Être, et Hasard serait le nom de l'Être.

L'Être encadre le néant, comme la bordure dorée encadre le fond noir du tableau. Alors l'Être possède un lieu virtuel à l'intérieur de lui-même étant à sa disposition. Il peut y dessiner une structure spatiale infinie dont le module de base est un tétraèdre régulier, ce qui se traduit sur la représentation picturale par un maillage formés de triangles identiques. La structure de l'espace-temps est dérivée de la substance de l'Être, mais dispose d'une élasticité donnée, pour assurer un déplacement de l'énergie et de l'information d'un point à un autre de l'espace tridimensionnel, et interagira avec la matière une fois celle-ci créée. 

Désormais la scène est prête pour accueillir l'Être, il lui suffit d'abandonner le cadre, et de se glisser à la surface de la structure infinie qu'il vient de créer en une pellicule infiniment petite.

 

 

Posté par jpbb à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 décembre 2016

Le fond disparait pour le néant

DieuEtNeant

Il restait derrière l'Être le fond que l'on voyait par transparence de l'Être. Mais ce fond pictural était conventionnel, pour faire ressortir l'Être par rapport au cadre, d'où la couleur bleu foncé. Là sur le tableau, nous voyons le néant derrière la transparence de l'Être. L'Être est devenu invisible, mais le noir suppose son opposé, parfaitement présent, mais totalement invisible. Avec ces mots et avec ce tableau, aucune ambiguïté ne subsiste. Nous avons le portrait de l'Être, et du non-être c'est à dire le néant.

Posté par jpbb à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Inclusion

NeantDansDieu

 

L'Être peut penser le néant. Le néant ne peut penser l'Être. Si l'on veut penser le néant, il doit être inclus à partir de l'Être. Le fond du tableau représente alors l'Être, et le cercle noir représente le néant. Ce dernier est juste l'antithèse de l'Être, sans existence propre, sans dimensions physiques, sans nature, sans substance. C'est un élément purement virtuel, un imaginaire dont la seule qualité est d'être le non-être absolu. La qualité de l'Être étant un pur esprit, Il peut sans peine imaginer le néant, le deuil de Lui-même. C'est la première création intellectuelle, imaginer une nouveauté à partir de la quelle on puisse commencer à oeuvrer.

Posté par jpbb à 18:34 - Sciences - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2016

Positif négatif

ETREneant

 

En posant que l'Être n'est que le seul être existant en dehors de tout cadre et de tout fond, on peut alors remplacer le fond bleu par un fond noir, ce qui traduit une opposition intrinsèque entre être et non-être. La seule réalité est alors le cercle bleu, qui traduit la transparence de la représentation de l'Être, avec le néant de teinte noire, qui constitue l'antithèse de l'Être lui-même. Le noir ne peut être défini que par rapport à la couleur, il traduit l'absence de couleur, et au final de toute transparence. Ce tableau représente l'opposion fondamentale entre ce qui est et ce qui vit, et son contraire. Mais l'Être dispose à présent d'un lieu qui traduit le concept de l'inexistence de lui même. Et dans cet espace vide de toute définition, sans métrique, l'Être dispose à présent d'un terrain de jeu. Comment va-t'il l'ordonner et y construire, voilà la bonne question.

Posté par jpbb à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nu

DieuTransparent

 

En dépouillant l'Être de toute représentation inutile, en le mettant à nu, la couleur disparaît pour céder la place à la transparence. L'Être sans sa représentation minimaliste n'a que cette qualité, il Est, sans cadre, sans aucune autre référence spatiale où géométrique, son corps ne fait pas référence à une forme, ni à un temps sauf à considérer un temps où le temps n'existe pas encore. Son corps est homogène et uniforme, avec une absence totale de paramètres. Il n'existe pas d'observateurs pour le contempler et l'étudier, seul l'Être a conscience de sa propre existence et réalité. Cette connaissance est instantané, la substance de l'Être est lisse, insécable, il ne peut y avoir deux Êtres; sa substance est non quantifiable, la notion d'atomes n'a aucun sens pour la composition de sa matière. Même le concept de taille ne fait pas sens, le système de représentation métrique de l'Espace-temps devra être inventé secondairement. L'Être est UN, son Esprit le remplit totalement, sans laisser le moindre vide. Un pur esprit porté par un conteneur qui ne peut être représenté que par l'imagination. En ce sens, la représentation picturale passant de l'orange au bleu ne sert que de support transitoire pour appréhender l'essence primordiale, qui précède tout autre existence. 

Posté par jpbb à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]