Avenir de la Lorraine

Développement économique culturel et politique pour la Lorraine dans le cadre Grande Région et Europe.

14 septembre 2019

Déplacement synagogue de Buding, aspect symbolique.

Structure synagogue Buding

Le transfert de la synagogue de Buding au Musée des Synagogues de Jérusalem-Sion se traduira sur le terrain laissé vacant par une structure métallique reproduisant le volume de la synagogue déplacée. Cette structure fera écho à la Tour des Nations. Le lien entre le lieu d'orgigine de la synagogue et son nouvel emplacement à Jérusalem-Sion sera ainsi conservé.

Posté par jpbb à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2019

Tour des Nations de Jérusalem-Sion

Michée 4

* Il arrivera, dans l’avenir, que la montagne de la maison de l'Eternel sera fondée au sommet des montagnes. Elle s'élèvera au-dessus des collines et des peuples y afflueront.
2 Des nations s'y rendront en foule et diront : « Venez, montons à la montagne de l'Eternel, à la maison du Dieu de Jacob ! Il nous enseignera ses voies et nous marcherons dans ses sentiers. » En effet, c’est de Sion que sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l'Eternel.
3 Il sera le juge d'un grand nombre de peuples, l'arbitre de nations puissantes, lointaines. Celles-ci mettront en pièces leurs épées pour en faire des socs de charrue, et leurs lances pour en faire des serpes : aucune nation ne prendra plus les armes contre une autre et l'on n’apprendra plus à faire la guerre.
4 Ils habiteront chacun au milieu de ses vignes et de ses figuiers, et il n'y aura personne pour les troubler, car la bouche de l'Eternel, le maître de l’univers, a parlé.

Tour des Nations

 

Le Musée des Synagogue possèdera une tour signalant les nations d'où les synagogues proviennent. Des drapeaux y seront tendus. Des ascenseurs y seront installés, afin que les visiteurs puissent accéder à son sommet, et admirer le paysage l'entourant.

Posté par jpbb à 22:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2019

Représentation du néant.

itération

Nous partons d’une feuille de papier noir. Le seul critère que nous retenons est la surface de cette feuille. Maintenant coupons cette surface en deux pour n’en garder que la moitié. Recommençons l’opération, nous disposons alors d’un quart de la surface initiale. Poursuivons la découpe à l’infini, à chaque itération en divisant par deux, il reste toujours un petit morceau; la surface rétrécissant jusqu’à devenir imperceptible.  

On peut définir le néant comme étant la limite jamais atteinte, quand la surface serait égale à zéro. La procédure partant d’une surface réelle, pour aboutir au plus près d’une surface nulle sans jamais l’atteindre d’une façon asymptotique. 

Nous pouvons obtenir le même raisonnement ou un raisonnement analogue à partir d’un volume. Petit à petit par itération identique, le volume rétrécit sans cesse, sans jamais disparaitre. De fait le néant n’a aucune dimension géométrique ni hauteur, ni largeur, ni profondeur, et  nous ne pouvons pas l’atteindre à partir d’un élément du réel, surface ou volume.  Même en partant d’une longueur, il y aurait toujours un petit bout de droite que l’on pourrait continuer à segmenter.

Cela nous amène donc à conclure que le néant n’est pas représentable graphiquement. 

C’est un pur concept, que l’on ne peut approcher que par des approximations. On ne peut le dire dire que par des mots et s’en faire ainsi une image par la pensée.

Le néant, c’est moins que rien, c’est rien du tout, il n’a pas d’existence par lui-même.

Seul son nom l’évoque. C’est une absence totale, une inexistence parfaite qui n’est révélé que par la parole qui le prononce, ou la pensée qui le définit.

Sa seule qualité d’être et de rester tel qu’il est, tel qu’il est défini. Une fois évoqué, le néant reste identique à lui même, il est d’une stabilité absolue.

Néant il est, néant il reste. Aucun moteur de l’actionne de l’intérieur, car même une action interne au néant sur le néant ne fait pas sens. 

C’est seulement un concept utile pour définir son opposé qui serait alors le Tout. Pur objet physique qui aurait une existence réelle possédant un moteur interne qu’il animerait et qui disposerait en sus de pouvoir se modifier à sa convenance si nécessaire, par une réflexion sur soi-même et doté d’une capacité d’action infinie. 

Le néant, concept cependant indispensable pour évoquer une absence complète, et pour secondairement définir son concept opposé, qui lui constitue une présence absolue au monde. Deux concept opposés irréductibles.

Posté par jpbb à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2019

MUSÉE LES SYNAGOGUES

IMG_4568

Proposition de projet

The Cloisters (Les Cloîtres en français), situé dans le quartier de Washington Heights au nord de l'île de Manhattan à New York regroupe des cloîtres médiévaux européens et des collections d'objets médiévaux. Il est l'un des départements du Metropolitan Museum of Art.

Calqué sur cette réalisation, pour garder trace des exils hors de la Terre Promise de tout un peuple, le projet propose de déplacer un certain nombre de synagogues prises dans leur état actuel, et de les remettre à l’identique dans un lieu abrité en forme de bulle afin de préserver la mémoire de cette ultime errance.

 

AVANT PROPOS

moselle

« Une certaine génération imagine que ce qu'elle a sous les yeux est aussi pérenne que les cours des rivières ou le retour des saisons. Les drames de l'histoire et les pesanteurs de la vie font perdre l'usage et le souvenir de bien des lieux, abandonner les chemins des ancêtres. Les traces sont occultées par les transformations que les hommes infligent au siècle ; quant à ce qui est maintenant disparu, il faut le chercher dans la mémoire des mots, le récit des anciens et les archives.

Fils de juifs immigrés de Pologne vers 1915, je suis issu une communauté entièrement disparue. L'enracinement de mon père dans la communauté juive de Metz, et mon engagement personnel dans les activités de cette communauté m’ont rendu sensible à toutes les traces du passé rencontrées dans mes déplacements professionnels.

Ma curiosité naturelle, le hasard et les conseils d'amis m’ont fait envisager, Il y a quelques temps déjà, la rédaction d’un opuscule consacré aux cimetières juifs mosellans. Je m'en étais ouvert à l'époque à feu Monsieur René Lévy, alors président du consistoire Israélite de la Moselle, qui m’a encouragé et donné quelques conseils dont j'ai compris après combien ils étaient précieux. Le président de la Communauté Israélite de Metz, feu Maître Paul Lazarus m’a lui aussi poussé à donner plus d'ampleur à ce projet qui lui tenait à cœur.

Mes recherche se firent d’abord au fil du temps, explorant à l'occasion les recoins du département, prenant conscience de l'ensemble de ce patrimoine ouvert et caché ; et puis repassant dans des endroits déjà connus, je constatai parfois des dégradations qui furent pour moi le signal de l'urgence de l'achèvement de ma « quête ».

J’avais rassemblé alors une abondante documentation qu'il fallait ordonner. Madame Puhl-Demange manifesta son intérêt pour mon travail, ce dont je lui suis très reconnaissant, aussi, je le poursuivi sur des bases rigoureuses »...

« Puisse un autre continuer, le temps de l'oubli n'est pas commencé. »

Henry Schumann

http://judaisme.sdv.fr//perso/dirige/schumann/moselle/moselle.htm

 

Objectif

Écrire l’histoire s’appuie sur des réalisations concrètes dont on exploite les traces. Le passage des communautés juives s’est caractérisé par la construction de synagogues, qui tombent en ruine ou sont recyclées de différentes façons, maison d’habitation, entrepôts, galerie d’art etc. Si l’écriture permet de remémorer un passé à jamais évanoui, l’ambiance qui résulte d’un cadre qui s’est figé permet d’activer le sentiment et de retrouver l’ambiance de vie qui anima ces lieux. Quoi de plus stable que la pierre comme support mémoriel ? Les tables de la Loi y ont été inscrites pour servir à toute l’humanité.

Buts

Un lieu spécifique en bordure de Jérusalem serait l’idéal pour retracer l’histoire de ce long exil, et d’exposer ce qui a été la réalité des communautés forcées par les vicissitudes de l’histoire à survivre dans des environnements différents.

Solution

Source: Externe

synagogues

 

Contour du projet

• Pour Israël, retrouver et importer l’ensemble de son passé sur cette terre, et assoir mémoire et réalité consolide le fait historique. Si Jérusalem constitue le pivot central de cette trace, connaitre et rassembler suffisamment de traces situées initialement hors de ses murs est un complément nécessaire. Certaines pierres porteuses de sens ne doivent pas être détruites par négligence.

IMG_0193 2

Pour démarrer le projet une première synagogue :

« L'arche sainte en pierre de taille, surmontée d'un très beau cœur en pierre est encore en place, les peintures d'origine sont encore visibles ; une inscription en hébreu surplombe les Tables de la Loi. Du côté de l'entrée des hommes on peut relever une phrase en caractères hébraïques gravée dans la pierre «Ceci est la porte de l'Éternel par laquelle les justes passeront ». Psaume 118 verser 20. »

Le bâtiment actuel s’inscrit dans le patrimoine du village. Il convient d’en garder la mémoire sur le bâti d’origine.

Une structure vitrée transparente viendra en lieu et place du bâti en pierre. L’idée est de conserver un lien fort avec l’original pour y faire référence. Garder la mémoire pour ne pas avoir à revivre le passé constitue le fondement moral et éthique de ce projet multipolaire.

La mise en valeur des pérégrinations d’un peuple hors de son lieu natal fait partie de son histoire.

IMframe575

 

Références :

https://www.voelklinger-huette.org/fr/die-roechlings-und-die-voelklinger-huette/stahlkrise-und-stillsetzung/ 

https://www.vogtsbauernhof.de/fr/musee/tour-virtuel

https://www.ecomusee.alsace/fr/decouvrir-l-ecomusee/histoire-du-musee

Posté par jpbb à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2019

Garder trace du réel.

IMG_4629

Cette cabine téléphonique fut longtemps un élément vital pour ceux qui n'avaient pas accès à un poste personnel. Le smart-phone est venu bien plus tard... Pourquoi la détruire et faire croire à une monde présent sans évolution ? Les zombies sont sans avenir. La note humoristique, la mémoire d'éléphant, l'exiguité du lieu, se trouver coincé dans un petit village comme dans un espace confiné, il y a de cela dans cette démarche. Nous sommes dans un monde de représentation, afin que le cadre qui nous entoure fasse sens. 

 

IMG_4632 2

 

Posté par jpbb à 22:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 mai 2019

Trou noir...

trou-noir-M87

 

Nous avons enfin une image d'un trou noir, donc une représentation. Cette réalité existe, car prévue par la théorie de la relativité générale. La confirmation d'une hypothèse fait acte. Petit à petit, la science cerne le réel, et impose à la pensée dogmatique une interprétation nouvelle. 

Posté par jpbb à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2019

Rôle des neutrons dans la construction des noyaux atomiques

 

 

atomesLiés

Une représentation schématique des atomes liés entre eux par les électrons. Ces derniers sont pédonculés et sont repoussés par les protons. Les électrons se repoussent entre eux, et s’intercalent les uns avec les autres. Mais il faut laisser suffisamment de place pour qu’ils puissent se faufiler les uns entre les autres. On s’aperçoit alors directement que le rôle des neutrons est d’effectuer ce calage entre les protons. Ces derniers ne peuvent pas être collés les uns avec les autres, car ils se repoussent entre eux. Il faut de plus suffisamment d’espace pour que les électrons d’un atome puisse s’intercaler avec ceux d’un autre atome. Il faut donc disposer d’un élément neutre pour que la géométrisation de l’ensemble fonctionne et réponde à cette double mission. 

La matière est composée à partir d’un lego de base formé de trois éléments. Neutrons et protons sont dessinés sur le même modèle, avec une légère modification pour que le neutron dispose d’un site positif. 

L’électron peut prendre différentes formes, depuis le noyau pédonculé, au noyau situé au milieu du pédoncule reliant deux atomes, et au noyau centré simple. Les vibrations du coeur du noyau du proton permettent un stockage quantifié de l’énergie vibratoire selon les fréquences autorisées par la géométrie de l’électron.

Posté par jpbb à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La métaphore de la fermeture éclair et le passage de la matière au travers de la structure de l'espace-temps.

De quelle façon la matière traverse la structure de l'espace-temps dépend de la façon dont la matière est agencée. Ce sont les électrons qui font le lien entre les molécules par le biais des protons. Si pose alors la question de la forme et des qualités nécessaires aux électrons pour qu'ils puissent accomplir ce pourquoi ils ont été créés. C'est ce que recherche actuellement la physique, en synthétisant la théorie de la relativité générale qui parle de la gravitation, donc de la structure de l'espace-temps, et de la mécanique quantique qui parle des particules élémentaires. Connaitre le monde dans lequel nous vivons, permet de choisir un chemin plutôt qu'un autre. Se représenter le réel tel qu'il est vraiment nous sort de l’errance.

 

jokari

Si l’électron n’était qu’une particule homogène, avec une charge répartie uniformément, il se collerait directement au site attractif du proton, et les deux particules resteraient collées. Nous savons que l’électron tout en étant lié au neutron, se promène à une certaine distance de lui. C’est donc en posant un électron composite, négatif à l’extérieur et doté d’un noyau positif à l’intérieur, que l’on peut comprendre l’effet de collage entre l’électron et le proton, avec simultanément un effet répulsif qui éloigne le noyau de l’électron du proton. L’électron peut alors faire le yo-yo. En posant que la couche externe est suffisamment élastique pour se déformer, et que le noyau par les oscillations stocke une énergie quantifiée. Plus il y a d’énergie, plus le noyau peut jouer au Jokarie, le jeu où la balle est reliée à une base avec un élastique, et qui revient chaque fois que l’on tape dedans. C’est une métaphore facile à comprendre. 

fermeture simple

Il fallait concevoir un système composite permettant de faire coexister une structure rigide, et permettre à la matière de la traverser sans ralentissement. Cela impose un coefficient de frottement nul à la surface de la structure de l’espace-temps, et une géométrie de la matière telle qu’elle puisse la traverser. Le principe de la fermeture éclair trouve ici son fonctionnement parfait. Les atomes peuvent se lier entre eux par le biais des électrons. Certains sont partagés entre deux noyaux, et les autres sont liés à un seul atome. Ils s’articulent dans l’espace de telle façon à se repousser entre eux, pour exerce rune force d’attraction et de blocage entre les atomes. Ce système est démontable, la matière passant dans la structure de l’espace-temps les écarte de leur position, pour les faire revenir en place une fois le passage effectué. Les électrons constituent pour les atomes et molécules un assemblage démontable, une liaison mécanique conçue de manière à être stable, tout en étant démontée sans cesse selon le parcours inertiel de la matière dans l’espace. 

doubleTirette

 

Le principe de la fermeture éclair doit être doublé. Les deux tirettes tirette sont remplacées par un bras de la structure de l’espace-temps. Ce dernier dégage son passage à travers la matière, les électrons se réajustant ensuite pour refermer le lien qui unit les atomes entre eux. 

Sans titre

La tirette permet d’ouvrir et de fermer la fermeture éclair en changeant momentanément la géométrie existant entre les dents, permettant ainsi l’engrenage des unes entre les autres. Deux tirettes fonctionnant en tandem permet un décrochage des dents puis leur fermeture lié au déplacement d’une ouverture. Une branche de la structure de l’espace-temps glisse ainsi au travers de la matière, en écartant les électrons pédonculés aux sites positifs des protons. L’image d’une barque glissant à la surface d’un étang recouvert de roseaux les écartant le temps de son passage, constitue une autre représentation du principe d’ouverture. 

 

Posté par jpbb à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2019

Lien entre électron et proton

electronLieProton

L'hypothèse d'un électron composite formé d'un noyau dur de charge positive, et d'une couche externe souple de charge négative, permet de représenter l'assemblage entre le proton et l'électon. Une fois le couplage sur le site positif du proton effectué, le noyau dur de l'électron se trouve repoussé. Suivant la quantité d'énergie stockée par l'électron, ce dernier va osciller dans un certain volume d'espace. On retrouve alors le principe de quantification énergétiques des couches atomiques, ainsi que la probabilité de présence dans un certain volume de l'électron autour du noyau. 

Posté par jpbb à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2019

Représentation d'un électron...

électron

Les électrons se lient aux noyaux atomiques par le biais des protons. Si le proton a une charge positive, il attire l'électron qui a une charge globale négative. Mais le proton et le neutron ne doivent pas être collé-collé. L'électron doit simultanément être attiré et repoussé. Il doit également être partage entre deux corps simples pour former des molécules, et incorporer l'énergie correspondant aux bandes de valence telles que décrites par la mécanique quantique. Le principe d'Occam nous amène alors aux conclusions suivantes :

L'électron est globalement, du moins extérieurement négatif. Il se déforme pour arriver à se coller avec deux protons appartenant à deux noyaux atomiques différents. Il fait la jonction entre ces deux noyaux. Mais en plus, il oscille de façon quantifiée telle, que les vibrations qu'il entretient avec les autres électrons des molécules permettent un assemblage qui se défait en traversant la structure de l'espace-temps, et se réorganise une fois traversée. L'image de la fermeture éclair se rapproche du mécanisme mis à l'oeuvre.

L'image qui vient à l'esprit est alors celle d'un oeuf de poule. Un élément composite formé du blanc et du jaune. Le blanc est élastique, et le jaune moins déformable représente une charge positive à l'intérieur de l'électron. Ce dernier serait alors une particule composite insécable élémentaire, qui avec les quarks up et down, formés à leur tour de deux autres particules élémentaires seraient suffisants pour disposer d'un alphabet minimal permettant d'écrire toute la matière.

Posté par jpbb à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Assemblage Proton-Neutron

ProtonNeutron

 

L’hydrogène léger ou protium 1H, le plus abondant (~99,98 % de l'hydrogène naturel). Le noyau est simplement constitué d'un proton et ne possède donc pas de neutron. C'est un isotope stable. 

Il y a deux sites possibles pour accrocher un neutron à un proton. On obtient alors si on accroche un neutron à un proton le deutérium 2H (ou D), beaucoup moins abondant (de 0,0082 à 0,0184 % de l'hydrogène naturel, ~0,015 % en moyenne). Le noyau est constitué d'un proton et d'un neutron, c'est aussi un isotope stable. Sur Terre, il est essentiellement présent sous forme d'eau deutérée HDO (eau semi-lourde).

En accrochant un second neutron, on obtient  le tritium 3H (ou T), présent seulement en quantité infime dans l'hydrogène naturel (un atome de tritium pour 1018 atomes d’hydrogène). Son noyau est donc constitué d’un proton et de deux neutrons, il est radioactif et se transforme en 3He par émission d'un électron (radioactivité β−). 2H et 3H peuvent participer à des réactions de fusion nucléaire. 

Source : http://minilien.com/?TZTekFU4Cz 

tritium

Posté par jpbb à 19:02 - Sciences - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2018

Assemblage d'un proton et d'un neutron

IMG_0116

 

On peut facilement assembler à plat un neutron et un proton et constituer une chaîne. La maquette est représentative de l'assemblage de ces éléments au sein des noyaux atomiques. On imagine aussi sans peine qu'un choc violent peut briser cette chaîne en déchirant la ligne en deux éléments. L'analogie s'arrête là, c'est par un modèle informatique que l'on peut continuer à progresser.

Posté par jpbb à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Représentation d'un proton

proton4

La sphère violette attire toute sphère grise. Les sphères marrons sont attirées les unes les autres quand elles sont ensemble par trois. Il est à noter qu'une sphère grise est coincée entre deux marrons, et même si les trois forment bloc, la grise n'arrive pas à en attirer une autre. Il y a donc une dissymétrie entre les deux sites. Si on change la représentation à plat, et que l'on positionne les quarks à 120 degrés, on note qu'une singularité apparaît, un site est plus attirant qu'un autre.

IMG_0114

La sphère supérieure du quark down, si elle est bien liée aux deux autres sphères supérieures n'attire pas une sphère libre. En bas, les  sphère du quark up n'est attirée qu'avec une des sphères d'un quark up. C'est juste un détail. L'important, c'est qu'il y a une sphère externe qui elle est attirante pour une autre sphère, c'est donc là que peut venir se lier un électron. 

Posté par jpbb à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2018

Représentation d'un neutron

neutron3

Les trois sphères grises externes sont neutres, elles n'attirent rien. Par contre les six autres sphères colorées sont susceptibles d'attirer une sphère grise. Les sphères marrons par contact deviennent attirantes pour une sphère grise, par contagion. La sphère orange et la sphère lilas attiraient déjà chacune une sphère grise.

L'assemblage de deux quark up et d'un quark down forme une géométrie nouvelle, où par contact il y a modification d'aimantation par transfert. Une sphère grise qui n'attirait pas une autre sphère grise, devient une sphère marron, qui elle peut attirer une sphère grise.

C'est par le biais de la manipulation expérimentale de la représentation des quarks sous forme d'assemblage de billes d'acier et d'aimants cylindrique, que l'on obtient le résultat qui est retranscrit ci-dessus sous forme graphique.

Les sphères grises ne peuvent pas se lier à des électrons, car elle ne peuvent ni les attirer ni les repousser. 

 

Posté par jpbb à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2018

Représentation d'un quark up et d'un quark down

quarkX2

Toutes les sphères sont au départ neutres et jaunes. Seuls les cylindres sont polarisés avec une extrémité orange, et l'autre lilas. Il suffit d'inverser la polarisation d'un cylindre pour passer d'un quark up à un quark down. Une sphère jaune ne peut pas en attirer une autre. Par contre un sphère jaune passe à violet quand elle est en contact avec deux extrémités lilas, et à vert quand elle est en contact avec deux extrémités oranges. Les sphères violettes et vertes attirent alors les sphères jaunes. Par convention, ces dernières changent alors de couleurs, pour indiquer qu'elles sont attirés par les deux sphères ayant changé de couleur.

Posté par jpbb à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2018

Métaphore de l’éponge

éponges

Vous prenez une éponge banale. Vous la trempez dans un pot de peinture, peu importe la couleur, c’est juste pour disposer d’une couche légère à la surface de l’éponge. Vous essorez soigneusement l’éponge pour que ne subsiste qu’une couche infime, et vous laissez sécher. Dans le réel, à la surface de la structure de l’espace-temps, qui peut être assimilée à une structure creuse pareille à une éponge, mais de forme plus régulière, formée d’une infinité de tétraèdres réguliers formant maillage, vous obtenez la représentation mentale de Dieu à la surface de la structure de l’espace-temps. L’éponge peinte est toujours creuse, et quand on la place ensuite dans de l’eau, cette dernière circule sans peine quand on presse l’éponge. Il en est de même de la matière qui circule à l’intérieur de la structure de l’espace-temps. Mais pour que cette matière circule sans frottement, afin que par inertie toute masse suive un mouvement rectiligne constant, il faut que la surface de la structure soit infiniment lisse, sans aspérité, sans coefficient de frottement. C’est là que Dieu est, plus précisément l’Être, car le mot Dieu apparaît dans la bouche de l’homme quand Moïse demande à l’Être son nom, et qu’il entend cette réponse stupéfiante à son qui est-tu ? « Je suis celui qui EST » celui qui est permanent, celui qui est éternel, celui qui n’a ni début ni fin, celui qui fatalement est unique. Sinon Il aurait dit «  Je ne suis qu’un des dieux existants, et mon nom est Tartempion ». 

 L’Être à la surface de la structure de l’espace-temps, cette dernière infinie, est constitué d’une couche infiniment fine, inaltérable, insécable, impénétrable, absolument hermétique. La matière de l’Être, sa chair est imputrescible, avec comme qualité initiale une intelligence infinie, d’où découle un amour infini. S’il n’en était pas ainsi, si l’Être était empli de haine, étant seul il n’aurait pu la retourner que contre lui dans une tentative de suicide inexorable. Or l'Être ne peut pas mourir par définition, il ne peut pas ne plus être et avoir été. Il ne peut qu’Être. Seul l’amour pouvait donc le guider. C’est plutôt rassurant pour nous.

Posté par jpbb à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2018

Assemblage d'un neutron et d'un proton

IMG_0063

Pour créer un premier noyau atomique, un neutron et un proton suffisent. Cette représentation est assez fidèle. On voit très bien les quarks. C'est avec un alphabet à deux lettres qu'ils sont écris dans le réel. Se dégage deux sites de fixation, à droite et à gauche, ou l'on peut accrocher d'autres protons et d'autres neutrons, pour représenter tous les noyaux des éléments simples remplissant le tableau de Mendeleïev. Un choc suffisamment élevé provoqué par une particule, ou par la rencontre avec la structure de l'espace-temps, suffit à couper la bande ainsi formée, c'est alors une désintégration radio-active.

Posté par jpbb à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2018

Métaphore de la piscine

IMG_20160619_103646

Vous prenez une belle piscine, pleine d'eau. Vous supprimez tout ce qui n'est pas eau. Tout ce qui contient l'eau, le carrelage, la structure en béton, les montagnes, le ciel, la terre et le reste de l'Univers. Vous essayez de visualiser ce paquet d'eau, sans rien d'autre autour. Vous supprimez l'espace-temps, vous ne gardez qu'une seule chose, cette eau transparente, sans que rien d'autre n'existe. Vous commencez alors à vous rapprocher de la représentation réelle de l'Être, de Dieu pour adopter le langage des hommes. Mais il faut encore modifier la matière de l'eau, pour qu'elle devienne insécable. Remplacez l'eau dans votre vision par une espèce de gelée, unie, impossible à couper, et d'une fluidité encore plus grande qu'une fraîche brise printanière. La matière divine apparait. Il faut encore lui attribuer une qualité fondamentale, une intelligence infinie. Voilà, vous voyez Dieu avec les yeux de votre esprit.

On en revient à la piscine photographiée sans eau, donc l'Univers sans Dieu, et vous avez en prime la vision de l'athéisme. À la place de l'eau transparente et fraîche, des débris et du grand n'importe quoi. Finalement, c'est l'eau qui justifie l'entretien de la piscine. 

Posté par jpbb à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2018

Quark up et quark down, représentation.

IMG_0052

Nous obtenons alors au final une combinatoire spécifique. Soit avec un circuit fermé, soit avec un circuit ouvert. Il n’y a que ces deux résultats qui sont possibles, quelque soit la manière dont on positionne les barreaux aimantés dans les triangles formés. 

 Nous nous rapprochons alors de la combinatoire nécessaire est suffisante pour définir protons et neutrons; une combinatoire de trois quarks, qui exclue les associations de trois éléments identiques. Il reste alors le choix entre soit deux quarks up et un down, soit entre un up et deux down. 

 Il nous faut étudier et constater sur quoi porte cette différentiation, et comment ce choix dual implique, un assemblage neutre ainsi qu’un assemblage positif attractif. Nous obtenons alors la représentation du proton et du neutron. Au final il restera à appareiller "up" et "down" par rapport à "circuit ouvert" ou  "circuit fermé" dans les triangles de base identifié aux quarks.

Posté par jpbb à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Choix fondamental de la forme des quarks up et down

fullsizeoutput_38d9

Nous avons le choix fondamental entre le carré et le triangle isocèle pour construire la figure géométrique de base. Le carré est parfait pour effectuer des mesures dans un espace plan 2D mais sous tension, se déforme en  losange, et perd donc sa propriété de remplissage de la métrique. Dans un espace 3D il prend facilement en sus la forme d’un bateau de papier. Par contre le triangle reste indéformable et plan en 2D et en 3D quelque soit les forces que l’on exerce sur lui. Bien que nous ne soyons plus dans la définition de la métrique de l’espace-temps, ce même triangle ayant constitué la base de son maillage, il est donc plus simple de le reprendre pour définir la matière voyageant entre ses mailles. Plus c’est simple, plus c’est beau et plus c’est élégant. C’est la signature de l’Artiste.

Posté par jpbb à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]