Avenir de la Lorraine

Développement économique culturel et politique pour la Lorraine dans le cadre Grande Région et Europe.

25 février 2017

Trajet de la lumière

TrajetLumièreStructure

Une lampe à gauche émet un rayonnement lumineux, qui fait vibrer la structure gélifiée de l'espace-temps, et cette vibration se propage vers un miroir noir, situé à droite sur laquelle elle est absorbée, puis ré-émise sous la forme d'une nouvelle vibration se propageant vers la gauche. Un miroir incliné à 45 degrés absorbe l'onde puis la ré-émet vers le bas en direction d'un capteur bleu clair. La lampe, les miroirs et le capteur sont matériel, et sont indépendants de la structure gélifiée de l'espace-temps. 

Si la vitesse de déplacement entre la structure et la lampe, les miroirs et le capteur et nulle, nous disposons d'un référentiel absolu.

Si la vitesse de déplacement entre la structure et la lampe, les miroirs et le capteur est supérieure à zéro et inférieure à c, nous disposons d'un référentiel relatif.

Dans les deux cas de figure, de l'énergie est transmise depuis la lampe dans la structure gélifiée de l'espace-temps, puis est captée et retransmise jusqu'à être capturé de façon quantifiée par le capteur matériel. La fréquence de la vibration, de l'onde, reste constante, ce qui se traduit par la sinusoïde inchangée de couleur verte.

Si le miroir de droite se déplace à une vitesse constante vers la gauche, la fréquence de l'onde retransmise reste inchangée.

Le raisonnement se fait alors sur la fréquence, et non sur la distance, qui peut être variable sans que cela modifie l'expérience. La vitesse de la lumière est constante dans tout référentiel, car elle n'est pas liée au référentiel, mais à l'élasticité de la structure gélifiée de l'espace-temps.

Posté par jpbb à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire